Se donner les moyens de la rencontre pour libérer la parole de chacun

Depuis janvier 2021, un nouvel accueil fraternel est proposé un après-midi par semaine pour permettre aux personnes les plus isolées de vivre un espace de rencontre et d’échanges autour de sujets qui leur tiennent à cœur. Cette action est rendue possible grâce à la présence et à l’accompagnement de bénévoles présents sur notre espace du 5 rue de Colmar.

Il n’est pas encore quatorze heures que déjà la sonnette retentit : les premiers visiteurs  de l’après-midi ont retenu ce rendez-vous qui permet de se retrouver à Magdala, en cette période où peu d’autres espaces de  dialogues et de convivialité sont encore proposés dans le quartier. Pour certains d’entre eux, cet espace est l’unique lieu de rencontre à l’extérieur de chez soi, et la dureté de l’isolement est souvent un sujet d’échanges autour de la table. Pour d’autres, ce rendez-vous est l’occasion de débattre sur des sujets de société, mais également sur des tracas du quotidien. Entraide et échanges de bons conseils vont bon train. Certaines personnes passent le temps de dire bonjour et de prendre des nouvelles, tandis que d’autres apprécient de pouvoir se poser sur les espaces intérieur ou extérieur pour rejoindre les échanges co-animés par les bénévoles présents sur le lieu.

Une participante témoigne : « La première chose qui me vient en tête, c’est que c’est un espace qui permet de faire du lien, on peut venir parler de tout et de rien, mais aussi partager son expérience. C’est important que des lieux comme ça existent, ça permet aux gens isolés de sortir de leur isolement, pour s’ouvrir aux autres. C’est un lieu où l’on peut apprendre des choses. J’ai pu échanger avec des gens que je ne connaissais pas. C’est la différence des profils et des cultures qui est intéressante. C’est quelque chose dont on n’a pas forcément beaucoup l’habitude. »

Stéphanie, psychologue de formation, a choisi de s’investir bénévolement sur cet accueil : « J’ai choisi de venir sur ce lieu car j’aime avoir un temps et un espace pour nouer des liens avec des personnes. Dans mon activité professionnelle, j’ai souvent connu des espaces de soin ou d’aide. A Magdala, j’ai expérimenté un accueil gratuit qui permet de se connaitre et d’échanger. Aujourd’hui, au-delà de l’aide matérielle nécessaire, les personnes ont aussi besoin de réels espaces de dialogue. Durant la Covid, je me suis rendu compte de l’importance de ces rencontres physiques où chacun peut apporter sa contribution. Ici, chacun vient avec ce qu’il est, et le temps nous est donné pour aborder les sujets de conversation qui nous tiennent à cœur. C’est un lieu carrefour qui permet de rencontrer différemment, autour d’un thème d’actualité, d’un jeu ou d’un café (quand c’est possible) les personnes rencontrées à Magdala. »